mdaillon

 

Que se passe t-il dans la ruche en Septembre ?

Que se passe-t-il dans la ruche en septembre ?
Introduction
Si le mois de septembre rime avec fin des vacances pour nombre d’entre nous, il n’en est pas de même pour les abeilles !
Pour elles est venu le temps de se reposer. La saison touche déjà à sa fin et nos chères butineuses sortent de moins en moins de la ruche.
Profitons de cette accalmie pour revenir sur cette année apicole particulièrement difficile, tant pour les abeilles que pour les apiculteurs.



Que se passe-t-il dans la ruche en septembre ?
Le mois de septembre est une période de transition entre la forte activité estivale et l’hivernage.
L’ensemble de la colonie se met au repos et s’organise pour les mois à venir.
A commencer par la Reine qui ne pond plus que quelques 200 œufs par jour, contre plus de 2000 cet été !
Les alvéoles laissées disponibles par l’absence de couvain permettent aux abeilles de stocker les récoltes tardives, comme le nectar et le pollen du trèfle blanc.
Les abeilles qui naissent en septembre sont des abeilles d’hiver. Elles vivent 5 à 6 mois, soit cinq fois plus qu’une abeille d’été.
Elles prendront soin de la Reine et des premières abeilles d’été l’année prochaine !




De son côté, l’apiculteur…
L’apiculteur doit accompagner ses protégées dans cette période de transition. Il commence par s’assurer que la colonie est saine et ne souffre pas du varroa.
Il retire également les cadres inutiles, pour permettre à la colonie de se resserrer.
En effet, un trop grand espace vide demanderait davantage d’énergie à la colonie pour chauffer la ruche en hiver,
et augmente le risque d’humidité et de moisissures, l’ennemi numéro un de nos chères abeilles ! Pour préparer l’hivernage,
l’apiculteur peut aussi installer des « réducteurs » à l’entrée de la ruche : cela empêche les prédateurs (comme les petits rongeurs) de s’inviter dans la colonie.
Enfin, il est possible de réunir deux colonies jugées trop faibles pour passer l’hiver séparément.



Zoom sur la saison apicole 2021
Nous avons eu l’occasion de vous en parler dernièrement, la saison 2021 a été très compliquée pour nos apiculteurs partout en France.
Et ce, dès le début du printemps ! La fin du mois de mars anormalement douce a permis la floraison précoce de certaines espèces végétales, comme les cerisiers, poiriers ou acacias.
Malheureusement, le gel de début avril a causé beaucoup de dégâts sur ces fleurs précoces, ce qui a privé les abeilles d’une part importante de leurs ressources alimentaires.
A cette période, les apiculteurs ont tout fait pour sauver leurs protégées de la famine. Malheureusement, les colonies étaient déjà affaiblies et la saison avancée.
Les Reines ont alors arrêté de pondre et n’ont repris que tardivement.
Le reste de l’été, ce sont les pluies exceptionnellement abondantes qui ont abîmé les fleurs, sources de pollen et de nectar,
et qui ont empêché les abeilles de sortir aux périodes habituellement les plus propices.  
Ces conditions météorologiques chaotiques ont privé les abeilles d’une partie de leurs ressources alimentaires, tout en les obligeant à rester davantage au sein de la ruche.
Vos soutiens ont été primordiaux pour nos apiculteurs qui n’avaient pas connu pareille année depuis une décennie. Alors nous vous disons à nouveau un grand MERCI !



Les bonnes nouvelles du mois

1 – Deux lynx voient le jour dans les Vosges, une première depuis 300 ans



Ce n’est pas un, mais deux bébés lynx qui ont vu le jour dans le massif des Vosges le 13 août dernier.
Et ce n’est pas anecdotique : cela ne s’était pas produit depuis plus de 300 ans sur le territoire français !
C’est donc une excellente nouvelle, les Vosges ne comptant aujourd’hui qu’une dizaine d’individus de cette espèce menacée.

2 – La chasse à la glu est enfin interdite en France



Cette pratique traditionnelle consistait à déposer de la colle sur les branches de certains arbres et arbustes, piégeant ainsi les oiseaux venant s’y poser.
Ainsi capturés, ils étaient mis en cage pour attirer leurs congénères en chantant.
Au nom du bien-être animal, cette pratique a finalement été interdite sur le sol français par le Conseil d’Etat après de nombreux rebondissements.  

3 – Les faucons crécerelles sont de retour à Notre-Dame



Avec l’incendie de la cathédrale Notre-Dame le 15 avril 2019, les oiseaux qui y nichaient ont dû quitter précipitamment leurs abris.
C’est le cas des mésanges, rouges-gorges et choucas des tours (pour ne citer qu’eux) qui vivaient historiquement entre les pierres de la vieille dame.
Deux ans après ce terrible incendie, les faucons crécelles sont de retour.
Les associations se battent aujourd’hui pour que les architectes en charge de la rénovation de la cathédrale conservent les « trous de boulins » dans lesquels nichent ces oiseaux.

Une initiative complémentaire au parrainage de ruches, MON PETIT POT DE MIEL
Faites-vous plaisir, et faites plaisir au personnes que vous aimez en achetant des pots de miel personnalisés, en soutien aux apiculteurs français.

En attendant vos pots de miel du parrainage, ou si vous les avez déjà tous consommés ou partagés, ou que vous souhaitez consommer/offrir un miel français et éthique personnalisé,
vous pouvez le faire depuis notre nouveau site MON PETIT POT DE MIEL.



En quelques clics vous pouvez choisir votre miel français "coup de coeur", le grammage du pot, la personnalisation de l'étiquette.
Rendez-vous sur le site www.mon-petit-pot-de-miel.com pour découvrir cette belle épicerie en ligne, éthique et solidaire et  "Dites-le avec du miel !"